Tewfiq Ferahi

Tewfiq Ferahi Professionnel
Dans Philosophie | Niveau Terminale

spinoza ethique Lycée Terminale Philosophie Littéraire

Qu'est ce que l'éthique de Spinoza ?

Inscrivez-vous gratuitement pour voir la réponse

Vous ne comprenez pas une notion de cours ? Vous n'arrivez pas à faire un exercice ?
Vous avez besoin d'aide pour un exposé ou un devoir ?

Sur Beebac des milliers d'étudiants, d'enseignants et de professionnels sont prêts à vous aider.
Vous avez une question ? Inscrivez-vous et Posez la ?


Se connecter avec

Créer un compte avec votre adresse email

En cliquant sur "Valider", ci-dessous, vous acceptez les Conditions générales d'utilisation de Beebac.






2 réponses
Trier les réponses par :
Hector Satre
C'est un bouquin d'un hollandais : Baruch Spinoza.
Il date du 17 eme siecle.
Et son ethique donc en gros, c'Est de réussir a concilier : le déterminisme et la liberté.
Seule ce qui est naturellement impossible n'est pas réalisable. Et le droit d'une personne devrait decouler seulement de ca.
Par exemple, porter une montagne est impossible pour un humain, par contre marcher a poile dans la rue, tout le monde est capable de le faire.
Michel Orcel
La réponse d'Hector est amusante, mais un peu superficielle. Disons d'abord que l'éthique de Spinoza (1632-1677), formalisée dans un livre du même non : "L'Ethique, démontrée suivant l'ordre géométrique et divisée en cinq parties", ne peut se comprendre qu'à partir de sa métaphysique : Spinoza est un moniste, c'est-à-dire qu'il abolit la différence entre l'Un et le multiple en posant que la Substance est une, d'où son fameux axiome : "Deus, sive Natura" = "Dieu, c'est-à-dire la Nature". Dieu n'est pas un substance transcendante et créatrice. Dieu est la totalité même de l'Etre. Du coup, l'opposition entre liberté et déterminisme disparaît, et l'éthique n'est plus une morale fondée sur le libre-arbitre. En "persévérant dan son être", l'individu cherche naturellement, nécessairement, la perfection qui est la joie. Le passage de la servitude à la liberté n'est pas le résultat d'un choix du libre-arbitre ou d'une référence à quelques valeurs transcendantes, mais il est le fruit d'un approfondissement du désir intérieur de chaque être, dont la réalisation est le passage d'une simple conscience de soi à la connaissance réflexive de soi-même, Ce système, magnifique dans l'ordonnance de son déploiement conceptuel, s'est naturellement attiré beaucoup de critiques, spécialement du côté des philosophes et moralistes spiritualistes (juifs - qui excommunièrent Spinoza - et catholiques, notamment).

Partager cette question