Elise Delmont

Elise Delmont Étudiante - Bac+5
Dans Latin

conjugaison grammaire latin lycee supin verbe

J'ai besoin d'un rappel sur le supin en latin svp

Inscrivez-vous gratuitement pour voir la réponse

Vous ne comprenez pas une notion de cours ? Vous n'arrivez pas à faire un exercice ?
Vous avez besoin d'aide pour un exposé ou un devoir ?

Sur Beebac des milliers d'étudiants, d'enseignants et de professionnels sont prêts à vous aider.
Vous avez une question ? Inscrivez-vous et Posez la ?


Se connecter avec

Créer un compte avec votre adresse email

En cliquant sur "Valider", ci-dessous, vous acceptez les Conditions générales d'utilisation de Beebac.






2 réponses
Trier les réponses par :
Pierre Vaillant
http://miroir.mrugala.net/Arisitum/latin/cours15.htm



Le Supin est une forme très importante. Il est toujours donné par les Dictionnaires, à la suite des temps primitifs. Cette précaution est nécessaire, parce qu'on forme, avec le supin, le participe passé, qui sert pour la conjugaison passive. En outre, il existe tant de verbes irréguliers que les terminaisons de l'infinitif et de l'indicatif ne peuvent suffire dans tous les cas pour nous apprendre le supin.


Cherchons, par exemple, amo dans le Dictionnaire, nous lirons ceci : amo, as, avi, atum, are, c'est-à-dire

Indicatif présent (1ère personne) amo j'aime
Indicatif présent (2ème personne) amas tu aimes
Parfait (1ère personne) amavi j'aimai
Supin amatum pour aimer
Infinitif présent amare aimer



Muni de ces renseignements, je sais que amo est de la première conjugaison, et que je puis former tous les temps. Prenons un autre verbe en are qui soit également de la première conjugaison, comme secare (couper); si nous nous avisions de le conjuguer sur amare, nous aurions : secavi (parfait) et secatum (supin), ce qui est faux et nous conduirait aux pires barbarismes.

Cherchons dans notre Dictionnaire, nous trouverons : secui (parfait), sectum (supin). Du supin, je tire sectus, secta, sectum, participe pasé, qui veut dire coupé, étant coupé; et ce sont ces deux formes (supin et participe passé) qui ont le plus contribué à fournir nos mots français.



Si en effet, je connais le supin sectum de secare, je comprends les mots secteur, section, sectionner qui en dérivent.

Certains supins sont si éloignés des formes de l'Infinitif et de l'Indicatif qu'il faut un assez long usage pour en fixer un grand nombre dans la mémoire, mais on y arrive par la pratique de la traduction. Voyez par exemple, le verbe fero (je porte), ferre (porter) à l'infinitf. Comment deviner que son parfait est tuli (je portai ou j'ai porté) et que son supin est latum, d'où latus, porté (au participe passé) ?
06 Juillet 2010
Raphi Raf
Raphi Raf
Étudiant - Bac+2
http://fr.wikipedia.org/wiki/Supin


En latin, la forme du supin est utilisée, soit en tant que telle, soit en tant que forme dérivée de son radical (on parle parfois de supin I et II)[6]. Dans les dictionnaires latins actuels, le supin I (désinence -tum) est, dans l'ordre, la cinquième des formes indiquées.

Exemple : narro, narras, narrare, narravi, narratum (ou en abrégé : narro, -as, -are, -avi, -atum), « raconter ». Narratum est la forme du supin.

Le supin I (désinence en -tum, ou -sum pour certains verbes), utilisé avec les verbes de déplacement, exprime, soit le but :

* Gladiatores adfuerunt pugnatum, « Les gladiateurs sont venus pour combattre »
* Eo lusum (de ludere), « Je vais jouer »

soit le passif futur :

* Credidit se necatum iri, « Il pensa qu'il allait être tué »
* amatum iri, « être sur le point d'être aimé »

Le supin II, qui présente une désinence en ū long, est plus rare et ne concerne traditionnellement qu'un petit nombre de verbes. Il est dérivé du dativus finalis, qui exprime le but, ou de l’ablativus respectivus, qui indique « à quel égard » ou « sous quel rapport » :

* Res mirabilis visū (de video, voir) : « chose admirable à voir »
* Horribile dictū : « c'est horrible à dire ».
* Puer difficilis doctū : « un enfant difficile à éduquer ».

Il reste également une trace pour quelques verbes d'une forme de datif du supin en -tui :

* memoro « rappeler » → memoratui. Ex : Res lepida memoratui « Une chose agréable à rappeler » (Plaute).

Le radical du supin permet de construire le participe passé passif et le participe futur actif.

* narratus, -a, -um, « raconté »
* narraturus, -a, -um, « qui racontera, devant raconter »

Certains verbes latins, défectifs, ne possèdent pas de supin. Ex : volo, « vouloir ».
06 Juillet 2010

Partager cette question